Les groupes les moins connus d'espèces évalués dans les rapports Espèces sauvages

Photo: Thomise variable, Misumena vatia © Joanne Bovee

Photo: Thomise variable, Misumena vatia © Joanne Bovee

Les connaissances sur les espèces au Canada sont variables. Par exemple, nous avons généralement davantage d'informations sur les vertébrés, qui incluent des espèces comme les oiseaux, les mammifères, et les amphibiens, et nous avons généralement moins d'informations sur les invertébrés, qui incluent des espèces comme les insectes, les araignées, les coraux, et autres. Les groupes taxonomiques moins connus sont importants dans le programme sur la situation générale des espèces au Canada, car ils représentent la majorité des espèces.

Lorsqu'un groupe taxonomique est inclut dans les rapports Espèces sauvages, le niveau des connaissances disponibles est évalué. Dans le texte du rapport, une section sur l'état des connaissances est incluse pour chaque groupe d'espèces. Cette section décrit brièvement l'historique des recherches qui ont été réalisées sur ce groupe taxonomique au Canada, et les sujets principaux qui ont surtout retenus l'attention jusqu'à présent. Les rapports Espèces sauvages nous informent donc sur le statut de conservation des espèces, mais aussi sur le statut de nos connaissances.

Le système de classification utilisé par le Groupe de travail national sur la situation générale inclut une catégorie pour désigner les espèces pour lesquelles les données, les renseignements et les connaissances sont insuffisantes pour évaluer leur situation générale. Cette catégorie s'appelle « Indéterminée ». Une catégorie similaire appelée « Non évaluée » est aussi utilisée et désigne les espèces dont on sait ou croit qu'elles sont régulièrement présentes au Canada, mais qu'elles n'ont pas encore été évaluées dans le cadre du programme sur la situation générale. Dans le rapport Espèces sauvages 2010, sur le total des 11 950 espèces évaluées, 1618 espèces étaient classées indéterminées ou non évaluées à l'échelle nationale. Les groupes taxonomiques qui avaient le plus grand nombre d'espèces classées indéterminées ou non évaluées étaient les araignées (477 espèces), les carabes (260 espèces), les mousses (235 espèces) et les lichens (218 espèces). Ces groupes taxonomiques sont aussi parmi ceux qui avaient le plus d'espèces, donc le tableau suivant présente la proportion pour chaque groupe spécifique.

 

Proportion d'espèces classées indéterminées ou non évaluées à l'échelle nationale au Canada dans le rapport Espèces sauvages 2010.
Groupe taxonomique
Proportion d'espèces avec un rang indéterminé ou non évalué
Bourdons
61%
Coccinelles
40%
Araignées
35%
Carabes
28%
Macro lichens
25%
Mousses
23%
Dytiques
23%
Mouches noires
21%
Mouches à cheval
16%
Moustiques
14%
Certains papillons de nuit
12%
Libellules et demoiselles
5%
Mammifères
5%
Mousses d'eau douce
4%
Papillons
4%
Plantes vasculaires
3%
Reptiles
2%
Oiseaux
1%
Écrevisses
0%
Amphibiens
0%

 

De plus, certains groupes taxonomiques ont aussi présentement un niveau de connaissances qui est trop faible pour être inclus dans les rapports Espèces sauvages. Par exemple, il y a plusieurs groupes d'invertébrés pour lesquelles nous ne sommes pas en mesure de construire une liste d'espèces au Canada. Les listes d'espèces représentent la première étape qui permet l'évaluation du statut de conservation. Nous espérons que davantage d'informations seront également disponibles pour ces groupes. Sans informations sur la situation de ces espèces, il est difficile d'évaluer comment l'utilisation humaine affecte les écosystèmes et les espèces. Étant donné que le Groupe de travail national sur la situation générale évalue des groupes d'espèces peu connus et peu étudiés au Canada, la proportion d'espèces classées indéterminées et non évaluées sera susceptible d'augmenter. Un des objectifs de ces rapports est de favoriser davantage la collecte de données sur les espèces actuellement classées indéterminées ou non évaluées.